Le risque calculé selon Ford Canada

Le risque calculé selon Ford Canada

Risque calculé selon Ford Canada

Le risque calculé selon Ford Canada

Selon Dianne Craig, PDG de Ford Canada citée dans un article du journal Les Affaires, le risque calculé est une partie intégrante de la stratégie du géant américain.

Depuis la redoutable crise automobile de 2008, certains concessionnaires comme GM et Chrysler se placent sous la protection de la loi sur les faillites des États-Unis. Mais Ford avait déjà une idée en tête. Trois ans auparavant, l’Ovale bleu avait commencé la mise en place du plan d’affaires «One Ford». Cette stratégie, pensée par Alan Mullaly, le nouveau président de Ford à l’époque, visait entre autres à concevoir un modèle unique de chaque type de véhicule pour le vendre mondialement, au lieu d’avoir trois ou quatre sortes d’automobiles semblables vendues dans différents pays.

Le plan s’accompagnait également de grandes coupures et fermeture de postes. Depuis 2006, Ford a fermé 28 usines à travers le monde. C’est plus de 120 000 emplois perdus, dont près de la moitié en Amérique du Nord.

Dianne Craig, PDG de Ford Canada, explique la recette de Ford pour demeurer au sommet

«Neuf ans plus tard, Ford a fait la preuve que cette stratégie était la bonne. C’est pour cela que le risque va continuer de faire partie de notre avenir», confirme Dianne Craig dans l’article. Il faut croire que ces efforts ont porté fruit, car Ford Canada est le constructeur ayant vendu le plus d’automobiles au pays pour une cinquième année consécutive, chiffre qui frôle les 300 000 véhicules en 2014.

Source : Les Affaires

Haut